En savoir plus

Notre utilisation de cookies

« Cookies » désigne un ensemble d’informations déposées dans le terminal de l’utilisateur lorsque celui-ci navigue sur un site web. Il s’agit d’un fichier contenant notamment un identifiant sous forme de numéro, le nom du serveur qui l’a déposé et éventuellement une date d’expiration. Grâce aux cookies, des informations sur votre visite, notamment votre langue de prédilection et d'autres paramètres, sont enregistrées sur le site web. Cela peut faciliter votre visite suivante sur ce site et renforcer l'utilité de ce dernier pour vous.

Afin d’améliorer votre expérience, nous utilisons des cookies pour conserver certaines informations de connexion et fournir une navigation sûre, collecter des statistiques en vue d’optimiser les fonctionnalités du site. Afin de voir précisément tous les cookies que nous utilisons, nous vous invitons à télécharger « Ghostery », une extension gratuite pour navigateurs permettant de les détecter et, dans certains cas, de les bloquer.

Ghostery est disponible gratuitement à cette adresse : https://www.ghostery.com/fr/products/

Vous pouvez également consulter le site de la CNIL afin d’apprendre à paramétrer votre navigateur pour contrôler les dépôts de cookies sur votre terminal.

S’agissant des cookies publicitaires déposés par des tiers, vous pouvez également vous connecter au site http://www.youronlinechoices.com/fr/controler-ses-cookies/, proposé par les professionnels de la publicité digitale regroupés au sein de l’association européenne EDAA (European Digital Advertising Alliance). Vous pourrez ainsi refuser ou accepter les cookies utilisés par les adhérents de l'EDAA.

Il est par ailleurs possible de s’opposer à certains cookies tiers directement auprès des éditeurs :

Catégorie de cookie

Moyens de désactivation

Cookies analytiques et de performance

Realytics
Google Analytics
Spoteffects
Optimizely

Cookies de ciblage ou publicitaires

DoubleClick
Mediarithmics

Les différents types de cookies pouvant être utilisés sur nos sites internet sont les suivants :

Cookies obligatoires

Cookies fonctionnels

Cookies sociaux et publicitaires

Ces cookies sont nécessaires au bon fonctionnement du site, ils ne peuvent pas être désactivés. Ils nous sont utiles pour vous fournir une connexion sécuritaire et assurer la disponibilité a minima de notre site internet.

Ces cookies nous permettent d’analyser l’utilisation du site afin de pouvoir en mesurer et en améliorer la performance. Ils nous permettent par exemple de conserver vos informations de connexion et d’afficher de façon plus cohérente les différents modules de notre site.

Ces cookies sont utilisés par des agences de publicité (par exemple Google) et par des réseaux sociaux (par exemple LinkedIn et Facebook) et autorisent notamment le partage des pages sur les réseaux sociaux, la publication de commentaires, la diffusion (sur notre site ou non) de publicités adaptées à vos centres d’intérêt.

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit des cookies sessions CAS et PHP et du cookie New Relic pour le monitoring (IP, délais de réponse).

Ces cookies sont supprimés à la fin de la session (déconnexion ou fermeture du navigateur)

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit du cookie XiTi pour la mesure d’audience. La société AT Internet est notre sous-traitant et conserve les informations (IP, date et heure de connexion, durée de connexion, pages consultées) 6 mois.

Sur nos CMS EZPublish, il n’y a pas de cookie de ce type.

Pour obtenir plus d’informations concernant les cookies que nous utilisons, vous pouvez vous adresser au Déléguée Informatique et Libertés de l’INRA par email à cil-dpo@inra.fr ou par courrier à :

INRA
24, chemin de Borde Rouge –Auzeville – CS52627
31326 Castanet Tolosan cedex - France

Dernière mise à jour : Mai 2018

Menu SNE

Société de Neuroendocrinologie

Zone de texte éditable et éditée et rééditée

Le mot de la Présidente

02 janvier 2004

C'est un grand honneur et grand défit d'être la 2ème présidente de la SNE après Mme Tixier Vidal dont l'action a marqué de son empreinte la vie et la politique de notre Société à une époque où celle-ci ne devait pas perdre son identité en étant diluée au sein d'une communauté européenne encore mal organisée.

Après cette petite introduction, je tiens à remercier et rendre hommage aux membres du bureau et à son Président, Hubert Vaudry. Par leurs actions ils ont su maintenir le dynamisme de la SNE, poursuivre la politique de formation des jeunes et favoriser son ouverture tant au sein de la communauté francophone qu'au niveau international. De leur réflexion commune un certain nombre d'enquêtes ont été suscitées et accomplies. Elles ont eu pour avantage non seulement de donner une vision plus claire sur la vie et le rayonnement de notre Société mais surtout de susciter un certain nombre de réflexions et d'actions pour palier les éventuels manques et maintenir la dynamique de la SNE. C'est notamment sur ces bases concrètes que le nouveau Conseil scientifique initie sa réflexion.

Grâce au travail efficace et rigoureux de notre secrétaire Yves Tillet, nous disposons sur notre site Web d'une vue synthétique de la répartition par ville et par EPST des laboratoires de Neuroendocrinologie en France, avec leur intitulé officiel et thématique de recherche. Ce récapitulatif permet désormais à chaque neuroendocrinologue, de trouver rapidement le partenariat idéal pour développer ses recherches, favorisant ainsi des collaborations fructueuses au sein de notre Société.

Le deuxième bilan sur l'Enseignement de la Neuroendocrinologie en France a mis en évidence les inégalités géographiques et la disparité entre l'enseignement de cette matière dans certaines Universités d'une part et le potentiel local de recherche d'autre part. Ce bilan sera remis à jour du fait de la réforme LMD et reconsidéré par le nouveau Conseil en distinguant l'Enseignement labellisé "Neuroendocrinologie" (donc visible en tant que tel) de celui qui n'a pas cette spécificité. Les premières analyses indiquent un manque de visibilité dans certaines villes, absence que pourraient pallier nos collègues enseignants ou non, en oeuvrant lors des réflexions collectives au sein de l'Université, de façon à ce que la Neuroendocrinologie soit une filière à part entière et non une sous thématique d'un enseignement global de Neuroscience ou d'Endocrinologie.

Pour mesurer l'impact de la politique de la SNE dans la formation des jeunes, le dernier bureau a également effectué un bilan sur le devenir des jeunes doctorants et post-doctorants dont les travaux ont été couronnés par des prix SERVIER et SNE. Cette enquête révèle la pertinence des choix opérés car quasiment tous les lauréats considérés depuis la création des prix en 1986, ont obtenu une position académique ou industrielle. Je tiens à remercier la Société Servier et particulièrement Mme Guardiola Lemaître qui nous soutiennent fidèlement dans cette action depuis de nombreuses années. La réflexion du nouveau Conseil Scientifique sur la 'Formation' en général doit se poursuivre et s'enrichir de nouvelles initiatives. Je souhaite qu'elles soient incitées par de jeunes scientifiques entreprenants et imaginatifs, dont j'encourage l'entrée dans notre Société et son conseil scientifique. La vulgarisation de la Neuroendocrinologie fait également partie de la 'Formation' en général et se concrétise actuellement par la traduction des Briefings du 'Journal of Neuroendocrinology'. Celle-ci est effectuée notamment par des membres émérites de la SNE dont le dynamisme ne s'est pas tari au cours des ans. Nous les remercions vivement pour ce travail qui permettra ainsi de faire paraître ces 'Briefings français' sur le site Web de la SNE, de les divulguer auprès des enseignants (notamment l'Association des professeurs de biologie), des Musées Scientifiques ou de la "Semaine du Cerveau". Des membres de la SNE se sont déjà proposés pour rédiger de nouveaux briefings en français ou en anglais. N'hésitez pas, vous aussi à vous investir dans ce travail de vulgarisation, pour l'intérêt de la Neuroendocrinologie et la visibilité scientifique de notre Société!

Enfin, le dernier bilan de la répartition des membres de la SNE en France et dans le monde (également sur le site Web) atteste de son dynamisme. La SNE comprend actuellement environ 300 membres, et bien que française d'origine, elle inclut de longue date un fort pourcentage (plus de 25%) de chercheurs francophones venant de différents pays. Il s'agit de pays classiquement francophones, tels le Canada (18 membres), la Belgique (10), la Suisse (8), la Pologne (7), les Pays-Bas (5), la Roumanie, la Slovaquie mais également de l'Italie (10) et l'Espagne (5). Quelques francophones localisés en Angleterre, Allemagne, Mexique et Japon adhérent et participent aussi à l'activité de la SNE.

En conclusion de ces bilans et en ce début d'année, je formulerai des voeux pour que chacun participe au dynamisme de notre Société et à son rayonnement. Je souhaite que les jeunes scientifiques poursuivent l'action de leurs aînés en s'efforçant comme eux de favoriser les liens et les échanges entre les laboratoires des différents pays. Les interactions de notre Société avec nos partenaires internationaux doivent être poursuivies car elles manifestent la volonté de maintenir à un haut niveau la qualité et le dynamisme d'une discipline originale. Il semble que la rencontre privilégiée avec nos amis québécois en septembre 2004 à la Grande Motte ait permis de renforcer les collaborations existantes. Je souhaite que celle prévue avec les membres de la British Society for Neuroendocrinology (BSN) à Oxford cette année soit tout aussi fructueuse. Enfin, je formule des vœux pour que notre ouverture au plan international se maintienne et se conforte, en particulier via une participation active à la Fédération Internationale de Neuroendocrinologie (INF). A ce titre, je tiens à mentionner l'implication efficace de William Rostène et Catherine LLorens Cortès, messagers de notre société au sein de l'INF et du POC (Programme Organising Committee). Leurs interventions ont permis d'obtenir qu'une conférence plénière soit réservée à un membre éminent de notre Société lors de chaque Congrès International de Neuroendocrinologie (Hubert Vaudry fut le précédent orateur à l'ICN de Bristol) et que deux des trois symposia proposés par la SNE soient retenus pour le prochain congrès à Pittsburg en 2006. William vient d'être élu au poste de vice Secrétaire-Général de l'INF mais la valorisation de notre partenariat avec les autres sociétés de Neuroendocrinologie dépend à présent de la participation active de chacun de vous.

En souhaitant vous revoir nombreux au 33ème colloque franco-anglais organisé à Oxford (40 jeunes pourront bénéficier d'un soutien substantiel), je vous souhaite à tous une très bonne année 2005 tant au plan personnel que professionnel et beaucoup de succès dans tous vos travaux.