En savoir plus

A propos des cookies

Qu’est-ce qu’un « cookie » ?

Un "cookie" est une suite d'informations, généralement de petite taille et identifié par un nom, qui peut être transmis à votre navigateur par un site web sur lequel vous vous connectez. Votre navigateur web le conservera pendant une certaine durée, et le renverra au serveur web chaque fois que vous vous y re-connecterez.

Différents types de cookies sont déposés sur les sites :

  • Cookies strictement nécessaires au bon fonctionnement du site
  • Cookies déposés par des sites tiers pour améliorer l’interactivité du site, pour collecter des statistiques

> En savoir plus sur les cookies et leur fonctionnement

Les différents types de cookies déposés sur ce site

Cookies strictement nécessaires au site pour fonctionner

Ces cookies permettent aux services principaux du site de fonctionner de manière optimale. Vous pouvez techniquement les bloquer en utilisant les paramètres de votre navigateur mais votre expérience sur le site risque d’être dégradée.

Par ailleurs, vous avez la possibilité de vous opposer à l’utilisation des traceurs de mesure d’audience strictement nécessaires au fonctionnement et aux opérations d’administration courante du site web dans la fenêtre de gestion des cookies accessible via le lien situé dans le pied de page du site.

Cookies techniques

Nom du cookie

Finalité

Durée de conservation

Cookies de sessions CAS et PHP

Identifiants de connexion, sécurisation de session

Session

Tarteaucitron

Sauvegarde vos choix en matière de consentement des cookies

12 mois

Cookies de mesure d’audience (AT Internet)

Nom du cookie

Finalité

Durée de conservation

atid

Tracer le parcours du visiteur afin d’établir les statistiques de visites.

13 mois

atuserid

Stocker l'ID anonyme du visiteur qui se lance dès la première visite du site

13 mois

atidvisitor

Recenser les numsites (identifiants unique d'un site) vus par le visiteur et stockage des identifiants du visiteur.

13 mois

À propos de l’outil de mesure d’audience AT Internet :

L’outil de mesure d’audience Analytics d’AT Internet est déployé sur ce site afin d’obtenir des informations sur la navigation des visiteurs et d’en améliorer l’usage.

L‘autorité française de protection des données (CNIL) a accordé une exemption au cookie Web Analytics d’AT Internet. Cet outil est ainsi dispensé du recueil du consentement de l’internaute en ce qui concerne le dépôt des cookies analytics. Cependant vous pouvez refuser le dépôt de ces cookies via le panneau de gestion des cookies.

À savoir :

  • Les données collectées ne sont pas recoupées avec d’autres traitements
  • Le cookie déposé sert uniquement à la production de statistiques anonymes
  • Le cookie ne permet pas de suivre la navigation de l’internaute sur d’autres sites.

Cookies tiers destinés à améliorer l’interactivité du site

Ce site s’appuie sur certains services fournis par des tiers qui permettent :

  • de proposer des contenus interactifs ;
  • d’améliorer la convivialité et de faciliter le partage de contenu sur les réseaux sociaux ;
  • de visionner directement sur notre site des vidéos et présentations animées ;
  • de protéger les entrées des formulaires contre les robots ;
  • de surveiller les performances du site.

Ces tiers collecteront et utiliseront vos données de navigation pour des finalités qui leur sont propres.

Accepter ou refuser les cookies : comment faire ?

Lorsque vous débutez votre navigation sur un site eZpublish, l’apparition du bandeau « cookies » vous permet d’accepter ou de refuser tous les cookies que nous utilisons. Ce bandeau s’affichera tant que vous n’aurez pas effectué de choix même si vous naviguez sur une autre page du site.

Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur le lien « Gestion des cookies ».

Vous pouvez gérer ces cookies au niveau de votre navigateur. Voici les procédures à suivre :

Firefox ; Chrome ; Explorer ; Safari ; Opera

Pour obtenir plus d’informations concernant les cookies que nous utilisons, vous pouvez vous adresser au Déléguée Informatique et Libertés de INRAE par email à cil-dpo@inrae.fr ou par courrier à :

INRAE
24, chemin de Borde Rouge –Auzeville – CS52627
31326 Castanet Tolosan cedex - France

Dernière mise à jour : Mai 2021

Menu SNE

Société de Neuroendocrinologie

Zone de texte éditable et éditée et rééditée

Voir la lumière...d'une autre façon

Russell G. Foster Dpt of Visual Neuroscience, Imperial College Faculty of Medicine, London, UK

Résumé

La recherche des dernières décennies a mis en évidence que les cônes et les bâtonnets ne sont pas les seuls photorécepteurs de l'œil. Il existe également une population de cellules ganglionnaires sensibles à la lumière qui agissent telles des détecteurs de luminosité et régulent de nombreuses fonctions photo sensorielles telles que les rythmes circadiens, la synthèse de mélatonine, la taille de la pupille ou encore le comportement. Ces récepteurs seraient même capables de réguler notre humeur et notre sentiment de bien être.
Un changement de focale

Jusqu'à récemment, le débat sur l'existence chez l'homme ou les mammifères de nouveaux photorécepteurs suscitait la perplexité ou l'hostilité de la part de la plupart des chercheurs. Il semblait impossible qu'une chose aussi importante que l'existence d'un autre groupe de neurones photosensibles ait pu être ignorée jusque là. L'approche rationnelle consistait à dire que les yeux avaient été le sujet d'investigations sérieuses depuis plus de 150 ans et que nous avions compris en gros comment cet organe fonctionnait. Les photorécepteurs cônes et bâtonnets de la rétine externe transmettent le signal lumineux. Puis les cellules de la rétine interne génèrent les stades initiaux du traitement signal visuel. Enfin, ce même signal topographiquement structuré voyage via le nerf optique pour atteindre les structures cérébrales où il subit un traitement plus poussé. Toutes les réponses à la lumière semblaient soumises à ce procédé. Cependant, l'étude de la régulation des rythmes circadiens par la lumière a conduit à la découverte d'une nouvelle forme d'intégration du signal lumineux qui n'a que très peu de rapport avec la formation des images.

Lumière, temps et nouveaux récepteurs

Notre système circadien et notre comportement aux diverses demandes de changement d'activité et de repos sont synchronisés (entraînés) par le changement quotidien de notre apport en lumière (irradiance) de l'aurore au crépuscule. Le 'jet lag' est un exemple classique d'un décalage entre notre rythme biologique et notre environnement. Nous récupérons du décalage horaire grâce à l'exposition à la lumière dans le nouveau fuseau horaire. Notre 'pace maker' ou horloge circadienne, réside dans le noyau suprachiasmatique de l'hypothalamus (figure 1). La destruction de cette petite paire de noyaux conduit à l'abolition de la rythmicité sur 24 h. Les informations lumineuses atteignent le système nerveux central via une voie spécifique (la voie rétino-hypothalamique) qui a son origine dans la rétine. La perte des yeux chez les mammifères, humains y compris, confirme que cette stimulation par la lumière prend naissance dans l'œil. Cependant, les expériences menées dans les années 1990 chez les souris et les humains souffrant de maladies rétiniennes héréditaires, donnent des résultats surprenants. Malgré la perte de la plupart des cônes et des bâtonnets et l'absence de perception lumineuse consciente, la réponse circadienne à l'alternance lumière /obscurité se poursuit. Il semble extraordinaire que la sensibilité de notre rythme circadien à la lumière persiste en l'absence de cônes ou de bâtonnets ou de perceptions visuelles. Cette étude a édifié les bases de la création d'une souris transgénique (rd/rd cl) ne possédant ni cônes ni bâtonnets fonctionnels. Malgré la disparition des photorécepteurs classiques, le rythme circadien et la régulation de la production de mélatonine par la glande pinéale demeuraient intacts chez ces animaux. Il devait donc exister un autre système de capture de la lumière dans l'œil ! De plus, l'étude de ces souris rd/rd cl a montré que bien d'autres fonctions et comportements liés à la luminosité environnante étaient intacts ou encore actifs à un certain niveau en l'absence des photorécepteurs classiques. Ceci laisse à penser qu'il existe un nouveau type de photorécepteurs qui contribuerait à bien plus de fonctions physiologiques du mammifère qu'initialement suspecté. Par exemple, le niveau lumineux régule le sommeil, la sécrétion du cortisol, le rythme cardiaque, la vigilance, la performance et l'humeur. Ces réponses à l'irradiance pourraient-elles être influencées par d'autres cellules que les cônes ou les bâtonnets ?

Briefings-20-Fig-2web
Figure 1 : Image des noyaux suprachiasmatiques (SCN) chez la souris avec les neurones colorés en vert et jaune et les fibres nerveuses en rouge.
OC : Chiasma optique.

En voyant le bleu

La localisation de ces cellules, non-cônes, non-bâtonnets, est fondée sur plusieurs observations. L'approche la plus convaincante est celle utilisée chez les souris rd/rd en combinaison avec l'étude les flux calciques dans les neurones. Environ 1% des cellules ganglionnaires répondent directement à la stimulation lumineuse (figure 2). Une analyse plus poussée révèle qu'il existe un réseau hétérogène de cellules intrinsèques sensibles à la lumière dans la couche des cellules ganglionnaires. Ces cellules utilisent un pigment, jusque là inconnu, basé sur l'opsin/vitamine A avec un pic de photosensibilité dans le bleu à 480nm.

De plus, d'autres études laissent à penser que nous possédons le même pigment que la souris, bien que le gène codant n'ait pas encore été identifié.

Briefings-20-Fig-1web
Figure 2 : Imagerie calcique suite à l'illumination directe des cellules ganglionnaires de la rétine chez la souris rd/rd cl dépourvue de cônes et de bâtonnets. La séquence d'images (1-11) montre l'augmentation du calcium intracellulaire suite à la stimulation lumineuse observée à l'aide d'un indicateur fluorescent du calcium. L'icône F montre l'intensité de fluorescence, avant, pendant, et après la stimulation lumineuse (barre).

Vision future

L'œil a toujours été considéré comme étant la partie du système nerveux central la mieux explorée et dont les fonctions essentielles avaient été bien comprises. La découverte d'un nouveau système photosensible nous prouve que nous avons encore beaucoup de choses à apprendre sur l'œil. Une grande partie de cette information aura une implication clinique, au moins sur la classification de la cécité. La perte de cônes et des bâtonnets ne veut pas nécessairement dire que l'individu est "aveugle-circadien ". De plus, il pourrait également exister des situations dans lesquelles le nouveau système de photorécepteurs ait disparu. Dans ce cas, les malades pourraient être "aveugles circadiens" avec des rythmes dérégulés mais auraient toujours un système de détection des images intact. Les ophtalmologistes commencent seulement à cerner les conséquences de la perte de la vue. Un état qui prive l'individu de ses capacités à percevoir à la fois l'espace et le temps.

Document à télécharger : PDF

 Traduction : Kristel Averous et William Rostène, INSERM U732, Paris

Cette brève est produite par la British Society for Neuroendocrinology et peut être utilisée librement pour l'enseignement de la neuroendocrinologie et la communication vers le public.
©British Society for Neuroendocrinology et Société de Neuroendocrinologie pour la traduction.