En savoir plus

Notre utilisation de cookies

« Cookies » désigne un ensemble d’informations déposées dans le terminal de l’utilisateur lorsque celui-ci navigue sur un site web. Il s’agit d’un fichier contenant notamment un identifiant sous forme de numéro, le nom du serveur qui l’a déposé et éventuellement une date d’expiration. Grâce aux cookies, des informations sur votre visite, notamment votre langue de prédilection et d'autres paramètres, sont enregistrées sur le site web. Cela peut faciliter votre visite suivante sur ce site et renforcer l'utilité de ce dernier pour vous.

Afin d’améliorer votre expérience, nous utilisons des cookies pour conserver certaines informations de connexion et fournir une navigation sûre, collecter des statistiques en vue d’optimiser les fonctionnalités du site. Afin de voir précisément tous les cookies que nous utilisons, nous vous invitons à télécharger « Ghostery », une extension gratuite pour navigateurs permettant de les détecter et, dans certains cas, de les bloquer.

Ghostery est disponible gratuitement à cette adresse : https://www.ghostery.com/fr/products/

Vous pouvez également consulter le site de la CNIL afin d’apprendre à paramétrer votre navigateur pour contrôler les dépôts de cookies sur votre terminal.

S’agissant des cookies publicitaires déposés par des tiers, vous pouvez également vous connecter au site http://www.youronlinechoices.com/fr/controler-ses-cookies/, proposé par les professionnels de la publicité digitale regroupés au sein de l’association européenne EDAA (European Digital Advertising Alliance). Vous pourrez ainsi refuser ou accepter les cookies utilisés par les adhérents de l'EDAA.

Il est par ailleurs possible de s’opposer à certains cookies tiers directement auprès des éditeurs :

Catégorie de cookie

Moyens de désactivation

Cookies analytiques et de performance

Realytics
Google Analytics
Spoteffects
Optimizely

Cookies de ciblage ou publicitaires

DoubleClick
Mediarithmics

Les différents types de cookies pouvant être utilisés sur nos sites internet sont les suivants :

Cookies obligatoires

Cookies fonctionnels

Cookies sociaux et publicitaires

Ces cookies sont nécessaires au bon fonctionnement du site, ils ne peuvent pas être désactivés. Ils nous sont utiles pour vous fournir une connexion sécuritaire et assurer la disponibilité a minima de notre site internet.

Ces cookies nous permettent d’analyser l’utilisation du site afin de pouvoir en mesurer et en améliorer la performance. Ils nous permettent par exemple de conserver vos informations de connexion et d’afficher de façon plus cohérente les différents modules de notre site.

Ces cookies sont utilisés par des agences de publicité (par exemple Google) et par des réseaux sociaux (par exemple LinkedIn et Facebook) et autorisent notamment le partage des pages sur les réseaux sociaux, la publication de commentaires, la diffusion (sur notre site ou non) de publicités adaptées à vos centres d’intérêt.

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit des cookies sessions CAS et PHP et du cookie New Relic pour le monitoring (IP, délais de réponse).

Ces cookies sont supprimés à la fin de la session (déconnexion ou fermeture du navigateur)

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit du cookie XiTi pour la mesure d’audience. La société AT Internet est notre sous-traitant et conserve les informations (IP, date et heure de connexion, durée de connexion, pages consultées) 6 mois.

Sur nos CMS EZPublish, il n’y a pas de cookie de ce type.

Pour obtenir plus d’informations concernant les cookies que nous utilisons, vous pouvez vous adresser au Déléguée Informatique et Libertés de l’INRA par email à cil-dpo@inra.fr ou par courrier à :

INRA
24, chemin de Borde Rouge –Auzeville – CS52627
31326 Castanet Tolosan cedex - France

Dernière mise à jour : Mai 2018

Menu SNE

Société de Neuroendocrinologie

Zone de texte éditable et éditée et rééditée

Irène Cimino

30 octobre 2015

Etude de nouveaux facteurs moléculaires régulant la migration de neurones à GnRH, leur ciblage axonales et leur neurosécrétion: aperçues dans l'acquisition de la compétence reproductive.

Résumé
Chez les mammifères, la reproduction est regulée par des neurones spécifiques qui sécrètent le neuropeptide GnRH (Gonadotropin Releasing Hormone). Ces cellules naissent au stade prénatal dans la placode nasale et migrent dans l'hypothalamus, le long des nerfs olfactifs voméro-nasaux, pour devenir des membres à part entière de l'axe hypothalamo-hypophyso-gonadique. Un certain nombre de pathologies de la reproduction humaine sont associées à la perturbation soit de la migration neuronale des cellules à GnRH ou soit de la sécrétion de la GnRH.
L'objectif général de ma thèse était d'identifier de nouveaux facteurs moléculaires régulant la migration des cellules à GnRH, leur ciblage axonale à l'éminence médiane, mais aussi leur neurosécrétion au cours de la vie reproductive.
Les événements complexes du développement correcte du système à  GnRH sont strictement régulés par l'expression spatio-temporelles des molecules de guidage et des molécules de la matrice extracellulaire, dont les fonctions,  sont en partie médiées par leur liaison avec la β1-intégrine (Itgb1). La première partie de mon travail a été d’étudier le rôle biologique de ces protéines de surface dans la reproduction. La technologie Cre/loxP a été utilisée pour générer des souris conditionnelles GnRH spécifiques KO pour la β1-intégrine (GnRH-Itgb1-/-). La perte d’activité de la β1-intégrine altére la migration des neurones à GnRH, leur extension axonale à l’eminence mediane et la fertilité de ces souris. Ces résultats mettent en évidence que la β1-intégrine  joue un rôle important dans le développement normal du système GnRH et dans l'acquisition de compétences reproductives normales chez les rongeurs.
D’ailleurs, j'ai identifié de nouveaux  facteurs moléculaires qui pourraient être responsables de l'apparition du syndrôme des ovaires polykystiques (SOPK). Cette maladie est présente chez près de 10 % des femmes. Il s’agit d’une hyperandrogénie associée à une oligo-anovulation chronique, une morphologie ovarienne polykystique et d'autres situations cliniques de transition d'un état endocrinien à un autre. Chez les patientes atteintes du SOPK, le niveau d'hormone antimüllérienne (AMH)  est élevé et indique clairement que l'AMH pourrait  est un marqueur possible dans le diagnostic et le traitement du SOPK. Une autre manifestation du syndrome est une  élévation des sécrétions du GnRH provoquant une augmentation des taux de LH et un rapport LH/FSH élevés, qui stimulent la production d'androgènes ovariens. Toutefois, jusqu'à présent cette maladie a été considérée principalement comme une pathologie gonadique et des régulations possibles plus élevées au niveau du système nerveux central ou des interactions avec ce dernier n'ont pas été étudiées. En particulier, des informations concernant les effets extra-ovariens possibles de l'AMH sur l'axe hypothalamo-hypophyso-gonadique manquent actuellement.
Mon projet de recherche a été  d’étudier le rôle encore méconnu de l'AMH dans la régulation de la  physiologie du système à GnRH. Mes études ont permis d’identifier un nouveau rôle extra-ovarien pour l'AMH, et notamment comme un puissant activateur de la neurosécrétion de la GnRH.

---------------

Study of new molecular factors regulating GnRH migration, axonal targeting and neurosecretion: insights into the acquisition of reproductive competence.

Abstract
Reproduction in mammals is dependent on specific neurons secreting the neuropeptide Gonadotropin-Releasing Hormone (GnRH). These cells originate prenatally in the nasal placode and migrate into the hypothalamus apposed to the olfactory-vomeronasal nerves to become integral members of the hypothalamic-pituitary-gonadal axis. A number of reproductive disorders in humans are associated with the disruption of either the GnRH neuronal migration occurring during embryonic development or of GnRH secretion.
The overall purpose of my PhD was to identify new molecular factors regulating GnRH migration, axonal targeting to the median eminence, but also neurosecretion during the reproductive life.
The complex developmental events leading to the correct establishment of the GnRH system are tightly regulated by the specific spatiotemporal expression patterns of guidance cues and extracellular matrix molecules, the functions of which, in part, are mediated by their binding to β1-subunit-containing integrins. In the first study, I have investigated the biological role of these cell-surface proteins in reproduction. Cre/LoxP technology was used to generate GnRH neuron-specific β1-integrin conditional KO (GnRH-Itgb1-/-) mice. Loss of β1-integrin signalling impaired migration of GnRH neurons, their axonal extension to the ME, timing of pubertal onset, and fertility in these mice. These results identify β1-integrin as a gene involved in normal development of the GnRH system and demonstrate a fundamental role for this protein in acquisition of normal reproductive competence in female mice.
Moreover, I have identified new molecular determinants that might be responsible for the onset of Polycystic Ovary Syndrome (PCOS), the most common female reproductive disorder affecting up to 10% of all women in reproductive age. It is a hyperandrogenic disorder associated with chronic oligo-anovulation, polycystic ovarian morphology and other clinical situations of transition from one endocrine status to another. In patients with PCOS, Anti-Müllerian Hormone (AMH) levels are elevated and this clearly indicates that AMH could have a potential relevance in PCOS diagnosis and management. Another hallmark of the syndrome is a high GnRH pulse frequency resulting in elevated LH levels and LH/FSH ratio, stimulating ovarian androgen production. However, so far this disease has been considered mainly as a gonadal pathology and possible higher regulations from the central nervous system or interactions with it have not been investigated. In particular, information regarding the possible extra-ovarian effects of AMH on the hypothalamic-pituitary-gonadal axis is currently lacking.
My research project was to investigate the as-yet unexplored role of AMH in the regulation of GnRH system physiology and led to the identification of a novel function for AMH as a potent activator of the GnRH neurosecretion.

Présentée le 24 septembre 2014
Laboratoire où a été préparée la thèse : INSERM UMRS1172, "Développement et plasticité du cerveau neuroendocrine", Jean-Pierre Aubert Research Center, Univ. Lille-Nord de France
Nom du directeur de thèse : Dr Paolo Giacobini